Laboratoire des corps

separation

CRÉER,
VOILÀ LA GRANDE DÉLIVRANCE
Pratique mensuelle : recherches, ateliers chorégraphiques, créations

COMPAGNIE IL Y A

RÉSIDENCES D’ÉCRITURES

En créant la compagnie IL Y A en 2011, j’ai souhaité structurer mon langage poétique CORPS et GRAPHIQUE. Depuis que cette porte s’est ouverte, je découvre une voie inédite de recherches et d’expérimentations. C’est  à la fois libérateur et exigeant. J’aime saisir dans l’imaginaire des formes, des symboles, des signes et des images. Je fais dialoguer mes différentes sources d’inspiration : ma culture occidentale et orientale, le goût du voyage, la littérature, la musique, la symbolique du corps et la spiritualité. Grâce à mes études de lettres modernes, je cherche ensuite des matériaux poétiques tels que la lecture, les mots, la voix, la poésie et l’écriture que je connecte aux mouvements créés. En bousculant certaines règles, en explorant d’autres codes, je regarde une autre face de la réalité et j’apprends à l’apprivoiser et à l’incarner physiquement.

Fabriquer des histoires de corps, composer des créations, rechercher une gestuelle, une scénographie. Réunir des danseurs autour d’une dynamique commune et définir un langage poétique à travers le mouvement font partie de ma vie.

La danse étant sans frontière, je partage cet élan avec des danseurs de tous âges et de tous horizons depuis plus de 20 ans. Parfois volubile ou au contraire fuyante dans la communication orale, je me suis aperçue que ce n’est pas là où je me sens la plus libre. La voix de la danse est le chemin que j’ai trouvé pour m’exprimer et pour partager mes perceptions, des plus intimes aux plus universelles.

Jouée en 2014 et en 2015 à Cahors, Toulouse et Pau, la création de la compagnie, Ainsi de nos désirs a marqué une étape importante dans mon parcours de chorégraphe.  Jouée à Cahors, Toulouse et Pau, la création  Ainsi de nos désirs a marqué une étape importante dans mon parcours de chorégraphe. Habituée aux formes courtes, j’ai choisi, pour la première fois, d’écrire une pièce d’une heure et d’explorer la force incroyable contenue dans le désir. Le désir est ce qu’il y a de plus sacré en nous. Il nous permet d’exister à l’image de ce que nous sommes vraiment. Vivre de désir c’est consentir à l’inconnu en s’offrant pleinement à l’existence.

Création 2017 : Breath.

En 2019- 2020, je me lance dans une nouvelle création, Puissent nos racines être, sur la puissance des racines de l’être et le sens de la vie lors de ce bref passage sur Terre. Il y a quelque chose de méditatif et de spirituel, de physique et d’organique dans l’étoilement des corps, des coeurs et des consciences. J’ai cherché ici un langage fractal de transe comme une prière, un engagement, une pulsion. A cette danse, viennent s’ajouter des mots. Ceux du poète urbain Mehdi Krüger.  »

28 octobre 2020 à 21h00 : Première diffusion de Puissent nos racines être à l’Auditorium du Grand Cahors. Une pièce chorégraphique pour 8 danseuses et 1 poète urbain.