Le Centre chorégraphique

J’ENTENDS MON CORPS DE L’INTERIEUR : mon coeur, ma respiration, le sang qui coule, les nerfs qui frémissent, ces infimes tensions provoquées par la pensée même, par le déroulement perpétuel des réactions et émotions, face à chaque instant de la vie.

JE DANSE : une manière d’être à une plus grande dimension. Mes facultés sont comme démultipliées, mes sens aux aguets, je possède et je suis possédée, je suis et je suis autre. L’espace qui m’entoure vibre et se transforme. Que de choses à écouter !

Jacqueline Robinson

separation

UN LIEU ÉQUIPÉ

Situé à Cabessut, quartier dédié à la pratique sportive, Le Centre Chorégraphique a une superficie de 200 m2. Il comprend un studio de danse de 120 m2 équipé de miroirs, barres, système d’éclairage et de diffusion sonore adaptée, vidéo projecteur. Il possède également un hall d’accueil, un vestiaire homme et un vestiaire femme, une douche, un bureau administratif ainsi qu’un parking.

LA PHILOSOPHIE DU LIEU : ÉLOGE DES CORPS EN MOUVEMENT

En allant de l’intérieur vers l’extérieur, de la contraction à l’expansion, un flux d’énergie nous traverse. Le corps en mouvement sollicite nos os pour nous ancrer, nos articulations et nos muscles pour nous mouvoir. Nous pouvons faire varier la tension des tissus musculaires et du tonus physique. La colonne vertébrale lache sa rectitude pour embrasser et pour utiliser sa mobilité naturelle. Véritables socles, les pieds prennent pour allié le sol. Le ventre, le bassin et le buste sont les lieux de vie et de pulsion d’où part le mouvement.

La danse joue avec le centre de gravité, le poids du corps et la respiration. Les nuances de tonicité et la circulation d’un courant dynamique produisent un véritable chant corporel. Le corps du danseur ne cherche pas à être au service de mouvements parfaits. Il est l’expression de mouvements authentiques qui construisent l’espace du dedans et celui du dehors, et qui traduisent ses propres perceptions sensorielles. La danse se vit parce qu’elle est matière et énergie.

En développant une juste perception de son corps physique, le danseur accorde le mouvement intérieur et extérieur. Le mouvement naît.

Nora Turpault

separation

DIRECTRICE ARTISTIQUE ET CHORÉGRAPHE

Originaire de Cahors, « piquée » par une pratique pluri disciplinaire de la danse dès son plus jeune âge (classique, jazz, moderne, claquettes), Nora Turpault complète sa formation lors des stages intensifs en France et à l’étranger. Parallèlement, elle poursuit ses études en Lettres Modernes ce qui nourrit sa sensibilité de danseuse et de chorégraphe. La découverte de la danse contemporaine, pendant ses études à la faculté, est déterminante dans son parcours. Son corps libère une danse autre, vertigineuse. Passionnée de recherches, elle façonne alors sa propre gestuelle et construit un enseignement influencé par les différentes esthétiques rencontrées. En 2006, elle fonde l’association Traces Contemporaines à Cahors, pour partager sa passion pour l’art chorégraphique. De 2003 à 2012, elle travaille en tant que médiatrice culturelle et enseignante en danse au Trait Bleu, une association toulousaine culturelle.

Depuis 17 ans, elle développe une action pédagogique et artistique auprès d’un public varié. Elle intervient en tant que chorégraphe dans des dispositifs tels que « Danse à l’école » en partenariat avec l’Adda du Lot, encore au Conservatoire d’Art Dramatique du Grand Cahors. Depuis 2008, elle est à l’origine du Festival de danse Traces Contemporaines à Cahors dont elle assure la direction artistique. Elle crée en 2012 la compagnie IL Y A, et en 2015 le Traces Ballet Junior. Le Centre Chorégraphique est la synthèse de ses aspirations pro- fondes car il réunit toutes les faces du puzzle qu’elle a toujours imaginé : corps, créativité, expression, instinct, partage…